Narrative de la vie de Frederick Douglass Dispositifs Rhétoriques

Mis à jour: 5/23/2017
Narrative de la vie de Frederick Douglass Dispositifs Rhétoriques
Vous pouvez trouver ce storyboard dans les articles et ressources suivants:
Narrative of the Life of Frederick Douglass Activities

Narrative de la vie de Frederick Douglass, un Esclave Américain

Plans de Cours par Bridget Baudinet

Le récit de la vie de Frederick Douglass a été écrit, comme la page de titre l'annonce, par Frederick Douglass lui-même et publié en 1845. Plus de 250 ans plus tard, le récit reste un travail puissant, à la fois pour la fenêtre vive qu'il fournit sur la pratique De l'esclavage dans le Sud américain et pour sa défense éloquente des droits de l'homme. Le récit raconte l'histoire de la vie de Douglass depuis sa naissance jusqu'à son évasion vers l'esclavage vers l'âge de 20 ans. Il lit à la fois comme un témoignage personnel et un argument soigneusement mis au point contre l'esclavage. En tant que tel, l'autobiographie de Douglass fait un fort complément aux cours d'histoire et de littérature.


Narrative de la vie de Frederick Douglass

Storyboard Description

Narrative de la vie de Frederick Douglass Dispositifs Rhétoriques

Texte du Storyboard

  • LOGOS
  • M. William Freeland, comme M. Edward Covey, nous a donné assez pour manger; Mais, contrairement à M. Covey, il nous a donné suffisamment de temps pour prendre nos repas. Il nous a bien travaillé, mais toujours entre le lever et le coucher du soleil. Il fallait beaucoup de travail, mais nous a donné de bons outils pour travailler. Sa ferme était grande, mais il a utilisé les mains pour le travailler, et avec facilité, par rapport à beaucoup de ses voisins.
  • PATHÉTIQUE
  • ETHOS
  • Je jette ma réputation sur cet homme!
  • Le compte de Douglass sonne vrai et juste.
  • Douglass fait un argument convaincant en raison de son compte logique bien écrit. Il utilise un vocabulaire sophistiqué ainsi que des noms spécifiques et vérifiables et des emplacements géographiques. Il écrit équitablement et donne des crédits lorsqu'il est dû pour éviter les accusations de partialité injuste.
  • Douglass décrit les battements cruels que les esclaves ont reçus en détail. Son langage éloquent inspire la pitié dans le lecteur. Ses récits sont les plus puissants quand il décrit le fait d'être témoin de l'abus d'autrui comme un enfant terrifié. Il écrit: "Pas de mots, pas de larmes, pas de prières, de sa sanglante victime, a semblé déplacer son cœur de fer de son but sanglant ... J'étais tout à fait un enfant, mais je me souviens. Je ne l'oublierai jamais pendant que je me souviens n'importe quoi."
  • Le récit de Douglass commence par une préface du célèbre abolitionniste William Lloyd Garrison et une lettre de l'abolitionniste Wendell Phillips. Ces hommes respectés agissent comme témoins, témoignant du bon caractère de Douglass. Douglass construit aussi sa crédibilité en refusant de croire aux superstitions et de se décrire comme un chrétien intelligent et intelligent.